L’immobilier en France métropolitaine

Afin d’investir au mieux dans l’immobilier français, il est nécessaire de connaître les prix et notamment l’évolution des prix entre les années 2009 et 2010. Pour cela, nous nous sommes appuyés sur une enquête du site seloger.com qui a établit une carte de France proposant un bilan de l’évolution des prix à propos de 6000 villes en France métropolitaine.

Les prix de l’immobilier français ont d’une façon générale augmenté ou stagné. En effet, quatorze villes françaises ont connu une augmentation des prix au mètre carré. Nous citerons ici : Lille, Paris, Strasbourg, Mulhouse, Tours, Poitiers, Nantes, Brest, Bordeaux, Pau, Montpellier, Marseille, Monaco et Lyon. Quatre villes ont connu une stagnation des prix de l’immobilier, citons : Calais, Reims, Dijon, Metz et cinq villes ont connu une diminution des prix de l’immobilier notamment : Le Havre, Limoges, Saint-Etienne, Grenoble et Toulouse.

L’immobilier en France métropolitaine

En ce qui concerne l’immobilier ancien, le marché immobilier de Paris intra-muros se stabilise avec un retour de la hausse des prix en particulier dans les quartiers les plus recherchés. Ceci produira un effet d’entrain sur l’immobilier de l’Île-de-France. Mais ce marché ne reflète pas vraiment le marché de l’immobilier en France.

Certaines grandes mégapoles comme Bordeaux, Lille, Lyon, Toulouse, Nice espèrent connaître le même phénomène. D’autres villes devront attendre l’année 2011 pour voir l’immobilier retrouver une hausse de prix. Les estimations démontrent que la barre des 600.000 ventes annuelles devrait être atteinte.

En ce qui concerne l’immobilier neuf, les ventes sont améliorées par d’une part des mesures spécifiques (loi Scellier, Pass-Foncier) mais aussi par les taux historiquement bas. Les prix ont sensiblement augmenté en raison des normes-Basse-Consommation mais aussi en raison de l’augmentation de la demande dans l’immobilier français.

Investir dans l’immobilier en France métropolitaine suppose de connaître aussi le parc immobilier disponible aujourd’hui en France métropolitaine. Environ 300.000 constructions sont réalisées chaque année, parmi elles, environ 60% sont des maisons individuelles. Le nombre de résidences principales augmente et représente 84% du parc tandis que les résidences secondaires en constituent environ 10%. Enfin, il y aurait environ 6% de logements vacants.

Depuis 30 ans, la superficie moyenne des maisons individuelles construites dépasse les 100 m2. Quant aux appartements, ils comptent en moyenne trois pièces et une superficie variant entre 40 et 70 m2.

57% des ménages sont propriétaires dont 80% en milieu rural périurbain, 74% en milieu rural éloigné contre 45% à Paris. C’est en Bretagne, en Poitou-Charentes et dans le limousin que l’on dénombre le plus grand nombre de propriétaires. Dans les régions Île-de-France, PACA et Champagne-Ardenne la proportion de propriétaires est la plus faible de France.

Le nombre de personnes par ménages est en diminution et se compose à 65% d’une ou deux personnes par ménage.

L’immobilier en France métropolitaine

L’ancienneté d’occupation est en général de 15 ans en moyenne, on observe environ 19 années d’occupation chez les propriétaires et moins de 7ans pour les locataires du parc privé.

Que l’on soit acquéreur, vendeur ou investisseur potentiel, l’investissement est à nouveau possible aujourd’hui en France métropolitaine.

Publier un commentaire