Immobilier : Les Français sont les premiers acheteurs étrangers à Londres

La capitale Britannique attire toutes les nationalités pour s’y réfugier. En effet, beaucoup d’étrangers viennent investir en immobilier à Londres, mais les Français remportent la première place.

Après les Anglais, ce sont les étrangers de nationalité française qui sont les principaux acquéreurs immobiliers dans le centre de Londres. Selon l’agence Knight Frank, 5% des transactions réalisées en 2014 revient aux Français. C’est ensuite que viennent les Italiens, les Russes, les Américains, les Indiens et les Saoudiens. En outre, une transaction sur deux a été entrepris par d’acheteurs étrangers. Ces derniers continuent davantage à envahir les quartiers prestigieux de la ville tels que Chelsea, Belgravia, Notting Hill, Knightsbridge, South Kensington ou encore Marylebone. Il s’agit notamment de biens évalués à plus de 1 million de livres, soit, 1,3 million d’euros.

Des milliers de Français occupent le territoire londonien

Les-prix-de-l-immobilier-a-Londres-ont-bondi-de-233-en-5-ans!_medium

« Les Français et les Italiens sont très actifs sur le marché. Après une baisse en 2013, on a vu leurs investissements rebondir en 2014, en raison de la récession en Italie et des difficultés économiques de la France » ajoute le responsable de l’agence immobilière Knight Frank, Tom Bill. En plus de cela, les Français viennent vraiment y vivre, pas comme les autres investisseurs du Moyen-Orient et d’Asie. A ce jour, ils sont à peu près de 300.000 à vivre dans la capitale londonienne.

Le prix de l’immobilier en hausse

Façades-blanches-londres

Le prix de l’immobilier à Londres a augmenté depuis la crise financière en 2008. L’année dernière, il a encore grimpé de 13%. Néanmoins, le marché est sur le point de s’assainir avec la reprise des investissements des Britanniques d’où, la stabilisation dans certains quartiers.

La crainte de « Grexit » en est pour quelque chose selon un analyste à l’agence Chestertons. Les investisseurs Russes commencent à être de plus en plus nombreux à placer leurs avoirs au Royaume-Uni depuis le ralentissement de l’économie soviétique dont l’acquisition d’un bien immobilier à plus de 20 millions de livres selon les agents immobiliers.

Publier un commentaire